On Parle de nous





Marie Claire Sudnly
02.07.2020





Si son nom vient de l’espagnol espuma qui signifie écume, son atmosphère évoque les années jazz de Villefranche-sur-Mer, quand les marins américains stationnés dans la rade fréquentaient ces murs.


Redécorée dans un style colonial qui hybride inspiration florale, tons de jungle tropicale, marbre vert et rotin iconique, cette adresse fête sa renaissance dans un joyeux mix d’influences transatlantiques et de classiques Riviera.


Depuis sa terrasse ensoleillée en prise directe avec la Baie de Villefranche, on savoure la pizza maison, nera au charbon de bois, croustillante et digeste, on découvre une carte fraîchement pêchée : daurade royale farcie aux blettes, pistou et parmesan, mix grill de la mer, papardelles au homard.


On se régale surtout d’un généreux banc de fruits de mer, qui propose toute l’année des plateaux d’huitres et coquillages à déguster sur place ou à emporter.


Sans oublier pour finir, la liste des cocktails signature pour un supplément de jazz.


Espuma 17, Promenade des Marinières, Villefranche-sur-Mer, 04 93 88 05 25, restaurantespuma.com Instagram : @espuma.villefranche





ELLE





On savoure la SeaFood les pieds dans l'eau.


Végétation luxuriante, meubles en rotin, luminaires fleuris... nouvelle adresse de la famille Vannini,

Espuma ressuscite l'âge d'or de la Riviera. Dans l'assiette, fruits de mer (à partir de 23,50€), poisson et pizza noire au charbon de bois, la spécialité (à partir de 14€).


Un régal avant d'entamer le circuit de la rade (1h30), qui longe la Promenade des Marinières et le chemein panoramique de la Madone noire.





French Riviera Property





Espuma, le petit dernier de la famille Vanini Carnet rose dans la restauration, la famille Vanini fait renaître un restaurant emblématique de Villefranche sur Mer et agrandit un peu plus sa grande et succulente famille.


Il était une fois, un restaurant qui régna en référence à Villefranche. Qui n’a pas une anecdote, un souvenir, un regard attendri sur ce qui fut autrefois le restaurant le Carpaccio? Placé au début des Marinières, et fermé depuis quelques années, le pari de reprendre un tel établissement est audacieux…


Mais c’est sans compter sur le professionnalisme, le savoir faire et l’enthousiasme de ces ténors de la restauration que sont les Vannini. Aux commandes de la décoration, Mariana Vanini, jeune et talentueuse décoratrice, elle a su recréer un décor colonial, sans chichi ni fausse note.


On s’attendrait presque à voir débarquer la marine américaine comme ce fut le cas en d’autres temps.


Pour Baptiste et Jean Claude, un tandem de choc père et fils, il était important de retranscrire une cuisine fidèle à leurs valeurs. Respect des produits, cuisine méditerranéenne simple et novatrice. Là encore, pari tenu !


Avec une pizza au charbon de bois, ce qui permet à la pâte d’être plus légère et digeste et la pizza plus diététique. Des ceviches, de la courge confite à la badiane (à essayer c’est incroyable) Mais, la vraie nouvelle pour Villefranche c’est le banc de fruits de mer où l’écailler vous fera déguster sur place ou que vous pourrez emporter. Un vrai service qui manquait … Le restaurant est ouvert 7 jours sur 7 et, au printemps et à l’automne. C’est tellement rare dans la région que ça vaut le coup de faire passer le message.


En cuisine, c’est le chef Mohammed Fradj qui compose. Entré en tant que commis il y a quelques années, il est devenu au fil de sa progression personnelle second du restaurant le Mayssa. Talentueux, rigoureux, motivé et créatif, il a su convaincre ses patrons, mais surtout les clients, de voler de ses propres ailes. C’est ainsi qu’il est devenu Chef du restaurant l’Espuma à seulement 30 ans… Mais pourquoi, avoir repris cet établissement ? Parce que justement c’est un établissement de référence. Qui permet de continuer l’Histoire, de renouer avec chaque niçois ou villefranchois. Baptiste est très ému en disant : « Beaucoup de clients me disent : ‘je venais ici avec mes grands parents, et y revenir avec mes enfants c’est magique ‘, ou bien ‘Nous avons fêté le bac de mon fils ici, y revenir en famille est émouvant ‘. C’est aussi ça la restauration !


Avoir la chance de pouvoir mettre du baume au cœur de nos hôtes. C’est ce qui nous fait avancer et aimer notre métier. » Mais Baptiste, est aussi incroyablement étonné de la qualité de l’emplacement. Ouvrir le matin, et voir le lever du soleil et ses nuances de rose, c’est vraiment une chance. Voir le soir les dégradés de rouge orangé, je mesure ma chance d’avoir un cadre de travail autant atypique que grandiose.


Vous l’aurez compris, ce qui fait avancer cette famille, ce n’est pas seulement le plaisir gustatif c’est de créer une vraie relation avec ses clients. C’est de leur mettre des paillettes dans les yeux en plus du plaisir gustatif. Une démarche atypique qui est peut être l’un des secrets qui fait que lorsque l’on vient chez les Vannini on y trouve bien plus qu’un bon plat et une belle table…